Festival 64/15

Samedi 26 novembre – 20h

Festival 64/15 en partenariat avec Ampli Logo Ampli
Tinariwen / Hindi Zahra / Shake shake go
Salle Louis Blazy

Tarifs :  16€ (mairie de Mourenx) / 18€ (réseau Ticketmaster) / 20€ (sur place)

HINDI ZAHRA

Soufflant le chaud sirocco dans ses balades empruntent de la nostalgie de son pays et de la sensualité des chants orientaux. Particulièrement remarquée lors de ses derniers passages sur scène, elle a déjà fait l’objet d’un gigantesque buzz sur internet.

Entre ballades folk, soul urbain et blues du désert, Hindi Zahra, jeune chanteuse amazighe de France, explore, avec succès et nostalgie, la part de l’universel dans notre langue.

Née à Khouribgha (Maroc), d’origine Berbère et Touaregs, Hindi Zahra fait vibrer une voix sans frontières et pleine d’émotions. Sa musique est un blues ancestral, un jazz originel, une vibration orientale, où elle parle d’amour, de l’affirmation de soi, du monde et ce que ses rencontres lui inspirent. Ses chansons respirent la nostalgie de son pays, son envie d’être à la fois ici et ailleurs…
Issue d’une famille d’artistes berbères qui compte parmi les plus célèbres d’entre eux le groupe Oudaden, sa mère et ses oncles l’initient à la musique traditionnelle du gnawa, à la folk de Dylan, au reggae de Marley, car oui autour d’elle toutes les musiques du monde résonnaient alors elle apprend et pratique avec les siens les rythmes ancestraux et les plus belles mélodies du répertoire Égyptiens. Autodidacte, musicienne, auteur/compositeur, Hindi se retrouve dans la pluralité c’est ainsi que le magazine américain The Wire va jusqu’à la décrire comme la fille spirituelle de Django Rheinhardt et Billie Holiday… Autant dire qu’elle est sur le chemin d’une belle histoire musicale.

TINARIWEN

Tinariwen (du tamasheq, « les déserts », pluriel de ténéré) est un groupe de musique, originaire de Tessalit dans la région de Kidal au nord du Mali, dans l’Adrar des Ifoghas.

Leur musique, assouf, qui signifie en tamasheq la solitude, la nostalgie, fait la synthèse entre le blues, le rock et la musique traditionnelle touareg. C’est ce que l’on peut appeler le blues touareg, car comme le blues, il a été créé dans l’exil et la souffrance. Les deux leaders du groupe sont Ibrahim ag Alhabib « Abraybone » et Alhousseini ag Abdoulahi « Abdallah », mais il faut considérer Tinariwen comme une grande famille d’artistes touareg, un mouvement culturel et un courant musical. Les Tinariwen ne constituent pas une formation figée, les artistes y participent à leur guise. Certains, comme Mohamed ag Itlal dit le «Japonais», contribuent à l’aventure grâce à leurs compositions, mais ne souhaitent pas venir faire les tournées mondiales.

SHAKE SHAKE GO

Les gallois de Shake Shake Go prêts à vous secouer en concert !

Voilà un groupe qui porte bien son nom ! Les francos-gallois de Shake Shake Go ont pour bonne habitude de «secouer» leur public, tant au niveau du déhanché que des sentiments qui se bousculent lorsque l’on assiste à l’un de leurs concerts. Avec des titres pop-folk et une attitude furieusement rock, la bande a tout pour conquérir le plus grand nombre et devenir l’un de nos coups de coeur live de ces prochains mois. Mention spéciale à la jolie chanteuse Poppy Jones qui envoûte en un tour de voix au coeur de cette bande de gaillards composée de Marc (composition et guitare), Virgile (guitare), Kilian (batterie) et Toby (piano et basse).

Shake Shake Go a conquis l’Angleterre en peu de temps, assurant la première partie de James Blunt en 2014 lors de sa tournée au Royaume Uni.
En 2015, Shake Shake Go passe à la vitesse supérieur : le quintet est à l’affiche des festivals Papillons de Nuits à Saint Laurent de Cuves (50), Bobital l’Armor à Sons à Bobital (22) et du Paleo Festival à Nyon en Suisse. Le groupe profite de l’année 2015 pour faire une véritable tournée européenne avec quelques belles dates françaises.
Le premier EP de Shake Shake Go est sorti en mars 2015. Les premiers singles de Shake Shake Go à découvrir sont : «England Skies», «All In Time» et «Teach Me To Fly».

Shake Shake Go est actuellement sur les routes de l’hexagone et rejoindra bientôt Clermont-Ferrand, Toulouse, Merignac, Strasbourg, Lyon, Brest, Paris… puis à l’affiche des Paradis Artificiels de Lille, Paroles et Musiques à Saint-Etienne, Rock’Estuaire à Cordemais ou Musilac à Aix les Bains